OUT OF SIGHT

Étirement, répétition : deux modalités de manipulation de la perception du temps musical. C’est cette perception que questionne Benjamin Jarry avec l’installation / performance OUT OF SIGHT, pour violoncelle et dispositif stroboscopique élaborée à la suite d’une collaboration avec l’artiste Carole Douillard (HORS, 2015).
Cette pièce, d’une durée de 30 minutes, est basée sur un staccato continu : les frottements d’archets, légèrement différents à chaque fois, créent un morphing  très organique de la plastique sonore et une dilatation progressive de la temporalité. Ce mode de jeu évoque la confection d’une céramique par un potier sur son tour, dont la rotation permet une modulation infinie des formes.

Regard intérieur.

Cette performance s’accompagne d’un dispositif visuel qui s’inspire de la Dream Machine* . 3 ou 4 stroboscopes sont tournés vers les murs de manière à ce qu’une lumière indirecte soit perçue par le public. Ces projecteurs sont disposés en carré ou en triangle afin que chaque spectateur puisse avoir dans son « champ de vision » au moins deux sources en déphasage. Un contrôleur numérique assure l’automatisation des impulsions. Comme pour la Dream Machine, ce dispositif amène le public à fermer les yeux, et ainsi à coloniser, à fertiliser ses propres rêveries ; il renforce une perception mouvante du temps.

* Conçue par Brion Gysin et Ian Sommerville,(1958) elle se compose d’un cylindre rotatif percé d’ouvertures, placé autour d’une source de lumière ; la rotation provoque des flash lumineux-l’oeuvre se regarde les yeux fermés- qui génèrent des phosphènes dus à la persistance rétinienne des impulsions lumineuses.

Hors, 18 octobre 2018 au Musée d’arts de Nantes

Concerts (violoncelle seul) :
– Le 12 janvier 2019, La Gâterie, La Roche sur Yon
–  le 18 octobre 2018, Musée d’Arts de Nantes
–  le 13 septembre 2018, Zorba, Paris 10e
–  le 1er juillet 2018, Nuit du Van, Nantes
–  le 1er mai 2018, festival Les Annulés, Caen
– le 27 avril 2018, Blockhaus DY10, Nantes