HORS

Étirement, répétition : deux modalités de manipulation de la perception du temps musical. C’est cette perception que questionne Benjamin Jarry avec le diptyque HORS, élaboré à la suite d’une collaboration avec la performeuse Carole Douillard en 2015. Deux pièces donc, une pour violoncelle (HORS), l’autre pour viole de gambe (STYX) qui illustrent la dialectique entre deux perceptions complémentaires de la durée : un temps non-fini, ou indéfini et un temps défini.
HORS, d’une durée de 30 minutes, est basée sur un staccato continu : les frottements d’archet, légèrement différents à chaque fois, créent un morphing très organique de la plastique sonore et une dilatation progressive de la temporalité. Ce mode de jeu évoque la confection d’une céramique par un potier sur son tour, dont la rotation permettrait une modulation infinie des formes.
STYX conclut le diptyque. Concise (3 minutes), elle déploie ses harmonies arachnéennes au sein d’une structure plus discursive, narrative : elle a un début, puis une fin.

Hors, 18 octobre 2018 au Musée d’arts de Nantes